– Le tango et le Coronavirus –

Accueil / – Le tango et le Coronavirus –

Le tango pendant et après le Coronavirus

(Traduction par Yves Senn de l'article du 3 mars 2020 par Daniel de Kay, original en anglais disponible ICI)

La pandémie mondiale est toujours en cours. Les actualités, les médias et en particulier les médias sociaux regorgent de publications, d'opinions et d'articles, d’ utilité variable. La confusion et la peur sont les réactions les plus observées, associées à l'incertitude sur la façon d'agir, à quoi s'attendre et surtout ce qui va arriver.

Cet article n'essaie pas d'ajouter encore des infos sur le coronavirus, comme le R0, le taux de mortalité, le nombre de cas. Vous les obtiendrez ailleurs.

Vous trouverez déjà largement assez d'infos, mais souvent pas assez de données factuelles. Consultez les sources officielles réputées (OMS), et pas (uniquement) les réseaux sociaux. Si vous voulez lire quelque chose d'utile sur Facebook, consultez les publications de Marvin Hansen. (En anglais)

Avertissement

Cet article a pour but de mettre en évidence l'impact du coronavirus sur la communauté du tango, et également de proposer et discuter des options pour l'avenir après le retour à la (nouvelle) normale.

Avant le coronavirus

D’abord une petite histoire:

  • Le tango est de plus en plus fréquemment dansé en abrazo fermé.
  • La communauté mondiale du tango constitue un réseau très connecté et ses danseurs viennent de tous les secteurs socioculturels
  • Chaque week-end ont lieu plusieurs événements internationaux, réunissant des personnes de différents pays pour un échange intense

Mais: au cours des dernières années, j'ai vu, en particulier lors d'événements internationaux, des danseurs dansant en abrazo fermé, alors même qu’ils étaient malades. Souvent un rhume ou une autre maladie infectieuse. Et il semble qu’il n’y a jamais vraiment eu de discussion à ce sujet. La réaction tacite commune a été celle de l'empathie et du soutien émotionnel pour le danseur malade qui a le droit à «au moins quelques danses».

Ca semblait parfaitement acceptable d'être malade, et venir participer quand même à des événements internationaux.

Entrée sur scène du coronavirus

Une histoire parallèle (en allemand), en-dehors du monde du Tango: un homme de 47 ans arrive à l'hôpital, infecté par un coronavirus présentant des symptômes graves. Il est admis en soins intensifs et les autorités commencent à enquêter. 14 jours avant son arrivée à l'hôpital, il a assisté à un carnaval (300 participants) dans une petite ville d'Allemagne. Dès le début de l'enquête, les autres invités sont examinés plus en détail, et 60 de ces invités ont jusqu'à présent été testés positifs pour le coronavirus, la plupart ne présentant cependant pas de symptômes graves ou ne nécessitant pas de soins intensifs.

C'était vers le 28 février 2020, et depuis lors, les enquêteurs ont identifié 150 contacts supplémentaires en plus des 300 participants à l'événement. Ils n'ont pas pu identifier la source de l'infection (le « patient 0 »).

Les responsables ont alors décidé de mettre en quarantaine 1 000 personnes supplémentaires, dans et autour de cette ville, pendant 14 jours.

Le carnaval a eu lieu vers le 14 février et les premiers symptômes chez les personnes se sont manifestés vers le 28 février. Les personnes infectées lors de ce carnaval ont infecté d'autres personnes dans la région, et à ce jour, il y a plus de 180 (3 fois!) Cas connus. Il n'y a de dépistage systématique que pour les cas présentant des symptômes, de sorte que le nombre de personnes infectées asymptomatiques est probablement encore plus élevé.

Le carnaval est comparable à un marathon de tango, à trois exceptions près:

  • Les gens ne dansent pas en abrazo fermé pendant dix minutes avec des inconnus
  • L'événement ne dure pas trois jours.
  • Les participants ne viennent pas de toute l'Europe.

Avance rapide: le coronavirus dans le tango

Ferrare - premier cas documenté au tango

Un tanguero espagnol revient d'un encuentro en Italie (en italien) et est testé pour le coronavirus: positif (en italien).

Conséquence: les officiels contactent tous les participants et leur ordonnent de rester 14 jours en quarantaine à domicile. Le patient 0 dans ce cas est inconnu. J'ai posté une question pour plus de détails sur Facebook, et j'ai reçu un avis par message privé qu'il y avait déjà quelques autres danseurs de tango infectés positifs lors de cet événement.

L'Encuentro était le week-end du 21 février et l'article de presse ci-dessus a été publié le 2 mars.

Pourtant: le calendrier sur TMD montre 9 événements le week-end du 21 février, incluant l'Encuentro à Ferrare. Le week-end après cela, seulement 5 événements. Le week-end suivant: 5 autres événements, dont LaToSCA, qui a été reporté hier. #

Tout ceci veut dire que le virus est déjà dans la scène des danseurs voyageant pour le tango, et se propage.

La ToSCA - reporté (lien vers leur page d'événement)

Mettons de côté, pour l'instant, les conséquences d'une infection, et concentrons-nous uniquement sur ce qui aurait pu se produire à Signa, si LaToSCA avait eu lieu comme prévu:

Les 400 danseurs attendus de toute l'Europe se seraient rencontrés et auraient célébré un week-end complet de tango. Beaucoup d’abrazos, pour au moins une tanda, donc un risque beaucoup plus élevé d'être infecté. Beaucoup plus que lors de ce carnaval de 300 personnes qui a infecté au moins 60 personnes.

Mais prenons simplement ces chiffres et faisons un calcul par analogie: 400 danseurs, 80 infectés. Le diagnostic n'a probablement été fait qu'en 14 jours. Pour chaque personne infectée, il y aurait 150 contacts supplémentaires de premier degré dans la période avant le diagnostic. Et le deuxième ou le troisième degré ne sont pas encore comptés.

On arrive déjà à plus de 1000 personnes qu’il faudrait envoyer en quarantaine de 14 jours:

Dans la ville allemande, c'était facile: la plupart des participants vivaient *dans* cette ville, il a donc été assez aisé de contenir la contagion.

Dans le cas du tango, la plupart des gens viennent de villes différentes. Pour ToSCA, avec 400 danseurs, supposons qu’ils viennent de 150 villes différentes.

Je ne veux même pas continuer le calcul. Non pas parce que les chiffres sont trop élevés et démotivants, mais parce que cela devient trop complexe en raison de la propagation internationale. Un journal belge a fait une analogie avec le nombre «normal» de grippes chaque année et arrive à la conclusion de 850’000 personnes infectées, et 50’000 décès.

ToSCA: Même si c’était uniquement pour cet aspect du scénario: c'était une bonne idée de reporter l'événement. Un grand bravo aux organisatrices qui ont pris cette décision difficile.

Responsabilités

C'est tellement cool d'être organisateur, de créer un bel événement pour vos amis. Tout le monde peut le faire, et beaucoup le font : observez simplement l'explosion des événements au cours des dernières années.

L'organisation d'un événement est un travail difficile, et le travail réel pendant l'événement est juste celui qui se voit. Mais il faut aussi d’innombrables heures pour planifier, négocier, faire du marketing, des relations avec les clients, courir après les leaders, etc. La plupart des événements se font avec un profit nul ou minime. Il y a des contrats avec des salles et des traiteurs. Des DJ sont embauchés et des voyages ont été organisés. Et ça, c'est juste pour les frais de l'événement. Ensuite, il y a les participants, qui ont des frais de voyage, de réservation d'hôtels et d'autres frais.

Un marathon de tango qui coûte 130 euros l'entrée revient facilement jusqu'à 300 euros par personne pour tout l'argent dépensé globalement par les organisateurs et les participants. Ainsi, un événement comme La ToSCA avec 400 participants arrive probablement à un budget entre 50'000 EUR (juste les frais d'entrée) et 100’000 EUR (frais de voyage supplémentaires par les participants). Et une grande partie de cet argent dépensé n'est *pas* remboursable.

Je peux vous dire que les organisateurs sentent que la pression financière sur leurs épaules. La simple pensée que l'événement ne soit pas de qualité suffisante pour les participants est déjà stressante, mais imaginer l'annulation: c'est catastrophique.

Et puis les participants pourraient même penser à demander des remboursements aux organisateurs car les billets d'avion et les hébergements à prix bas ne sont souvent pas remboursables. Mais les organisateurs ont des contrats, des obligations, la plupart du temps non remboursables également.

Donc: en tant qu'organisateur, c'est essentiellement vous le perdant dans cette situation. Médicalement, et dans le cadre des attentes de la société, vous vous sentez obligé d'annuler l'événement. En tant que danseur, organisateur et amateur de tango, vous ne voulez même pas imaginer décevoir vos invités.

Et: qui sait, peut-être que personne n'est infecté? C'est peut-être pas si grave?

C'est une décision difficile, d'autant plus que cette décision ne concerne pas que vous. En tant qu'organisateur, ce n'est pas vous qui restez simplement à la maison, et peut-être qui perdez votre dose de danse en lien avec l'argent déjà dépensé. Dans ce cas, vous prenez une décision qui affecte beaucoup de gens. Quoi qu'il en soit - dans la situation actuelle, tout le monde est déjà confus en essayant de comprendre ce qu'ils feront si l'événement n'est pas annulé: assisteront-ils? Et puis il y a tous les médias, la famille, la société, qui nous disent ce qu'il faut faire. Mais ce ne sont que quelques beaux tandas, et les danseurs malades resteront sûrement à la maison, de toute façon.

Ne pensons même pas aux aspects touchant à la responsabilité légale. Que se passe-t-il si quelqu'un est infecté lors de cet événement et décède? Qui est responsable? Qui sera fautif? Et même si juridiquement il n'y a pas de faute, les organisateurs ou les participants pourront-ils gérer cela ?

ET MAINTENANT ?

Tango, Corona et Buenos Aires

(Article de Clarin en espagnol sur les recommandations aux tangueros argentins ... )

Aujourd'hui, les cas de coronavirus sont signalés partout en Europe, même s'il ne s'agit parfois que d'un cas unique. Nous ne connaissons pas les chiffres réels, car les chiffres rapportés ne sont que les  diagnostiqués, pas les réels. Le nombre de cas en dehors de la Chine continue d'augmenter de façon exponentielle. En Allemagne, nous avons un doublement du nombre tous les 3 jours, ce qui signifie: 2x en 3 jours, 4x en 6 jours et 8x en 9 jours. La période d'incubation est communément de 14 jours, mais jusqu'à 24 jours ont été signalés.

En tant qu'organisateur:

  • Communiquez avec vos participants. Tout ceci ne va pas disparaître tout seul. Vos invités sont déjà inquiets.
  • Vous devez évaluer les options et, idéalement, être déjà en négociation avec vos fournisseurs et vos salles: reporter l'événement serait le mieux.

En tant que danseur:

  • Décidez-vous en fonction de votre situation. Tenez particulièrement compte de votre environnement proche, comme la famille, les proches et les conséquences potentielles.
  • Soyez au courant de l'évaluation de la situation faite par les instances sanitaires de votre pays.
  • Communiquez avec vos compagnons de voyage et les organisateurs.
  • Informez-vous, et respectez toute décision prise et communiquée par les organisateurs.

ET DANS LE FUTUR ?

Après le coronavirus = Avant le coronavirus ou un autre-virus

Alors que cette pandémie en développement suit son cours, il est temps de parler de responsabilités, d'options et d'actions. (comme ici)

Je n'ai pas de réponses, voici donc quelques idées:

Les organisateurs :

  • Prenez une ASSURANCE!
  • Ayez un plan B
  • Prenez soin de vos participants
    • Salles de bain et toilettes: doivent être nettoyées régulièrement
    • Mettez à disposition des désinfectants pour les mains; du savon; des serviettes en papier jetables
    • Nourriture: préparer et servir des aliments avec des gants; les cheveux attachés quand on sert de la nourriture; etc. - vérifiez les règlements en vigueur pour la gastronomie !!!
  • Offrez des remboursements aux participants qui décident de rester chez eux parce qu'ils sont malades.
  • Soyez conscient des besoins de santé de vos participants.
  • Avez-vous des invités de plus de 60 ans ou des femmes enceintes? Ils courent un risque plus élevé.

Les danseurs

  • N'assistez pas aux événements lorsque vous êtes malade. Peu importe combien de vos amis y vont, et à quel point vous avez besoin de ces danses ou croyez que vous les méritez. Vous infecterez les autres.
  • Soyez responsable de vous-même et de ceux que vous aimez, et de vos familles (enfants, grands-parents,…)
  • Lavez-vous les mains régulièrement! et au moins pendant 20 secondes!
  • Prenez soin de votre système immunitaire.
    • Mangez sainement.
    • Buvez assez.
    • Prenez des vitamines.
    • Dormez suffisamment.Article d'origine en anglais ici

Traduction: Yves Senn